PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[SOIREE] Pixbear vous convie à son Jeudi Live au Truskel le 23 octobre

[SOIREE] Pixbear vous convie à son Jeudi Live au Truskel le 23 octobre

Le 23 octobre 2014, Pixbear organisera sa première soirée en partenariat avec le Truskel et OÜI FM. La soirée « Jeudi Live au Truskel » accueillera deux artistes chouchous de la rédaction Pygmy Johnson et Colony suivis de DJ sets rock tout au long de la nuit. En prime, [...]
[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 3

[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 3

Rock en Seine 2014. The Final Chapter. En ce dimanche, les organisateurs du festival proposaient un final en apothéose avec Queens of the Stone Age mais également un voyage en terre indie 90’s avec Thurston Moore et Stephen Malkmus sans oublier du gros son avec Blood Red [...]
[CONCOURS] Gagnez des pass pour le festival Foud’Rock !

[CONCOURS] Gagnez des pass pour le festival Foud’Rock !

Les 10 et 11 octobre prochains, le festival Foud’Rock reprendra ses quartiers à l’Estaminet (Magny-les-Hameaux) avec en tête d’affiche Lofofora, No One Is Innocent et Sidilarsen. Pixbear vous propose de remporter des pass pour assister aux deux jours de festivités ! [...]
[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert de Strand of Oaks à l’Espace B (Paris) !

[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert de Strand of Oaks à l’Espace B (Paris) !

Le 22 octobre prochain, Tim Showalter, alias Strand of Oaks, sera de passage à Paris pour un concert unique à l’Espace B. Il y présentera son nouvel album HEAL, un très bon disque pop et rock inspiré par les 70’s, les 80’s et les 90’s. Pixbear vous [...]
[BILLETTERIE] Nick Cave se la joue solo au Grand Rex (Paris) en mai

[BILLETTERIE] Nick Cave se la joue solo au Grand Rex (Paris) en mai

Dans la foulée d’un périple mené en compagnie des Bad Seeds, Nick Cave vient d’annoncer une tournée européenne solo pour le printemps prochain. L’illustre songwriter australien donnera un concert unique en France. Ça se passera au Grand Rex (Paris) et la billetterie ouvrira dès vendredi prochain ! [...]
[COME BACK] Carl Barât : des Libertines aux Jackals et vice versa

[COME BACK] Carl Barât : des Libertines aux Jackals et vice versa

Alors qu’il se produira ce soir au Zénith de Paris en compagnie de Pete Doherty à l’occasion de la tournée de reformation des Libertines, Carl Barât a déjà la tête ailleurs. Le bonhomme vient de dévoiler la chanson Glory Days, annonciatrice d’un premier album de son nouveau [...]

Photos The Boxer Rebellion @ Le Nouveau Casino 2011

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE

THE BOXER REBELLION @ LE NOUVEAU CASINO 2011

Bizarrement, on ne connaît que peu ou mal The Boxer Rebellion en France. Découvert par Alan Mc Gee, le légendaire fondateur du label Creation, ce groupe composé d’un chanteur américain, d’un guitariste australien, d’un bassiste et d’un batteur anglais avait l’occasion de corriger le tir et nous montrer ce qu’il avait dans le ventre au Nouveau Casino. Attention, il y a du KO dans l’air.


*** Les photos ne sont pas libres de droits ***

A Paris, il est des concerts comme ça qui nous donne l’impression d’être organisé uniquement pour les étrangers de la Capitale. Ainsi, quand on pénètre les couloirs du Nouveau Casino, le doute n’est pas longtemps permis. La bière coule à flot, l’accent est americano-british et on s’échauffe déjà sur Spokes, groupe de première partie aux relents de post rock effusif. Entre douceur et chaos, avec un généreux violon qui cisaille les veines bien comme il faut, Spokes laisse entrevoir de belles promesses. Et à propos de chaos, charge à The Boxer Rebellion ce soir de nous administrer la dernière estocade.

1er round

1er round. Auréolé de son nouveau et très bel album, The Cold Still, la formation londonienne débute son set en nous lâchant à la face Step Out Of The Car, un morceau pêchu qui fait la part belle à la jolie voix limpide et profonde (et qui vire parfois sur les aigus) du beau gosse Nathan Nicholson avec son Cheap Monday et son polo propret de petit minet impeccable sous toutes les coutures. A la gratte, l’ours hirsute et mal léché Todd Howe nous projette d’ores et déjà dans les airs avec ses riffs aériens. Superbe entame. La foule est déjà conquise et les acclamations nourries.

Musicalement, la signature de The Boxer Rebellion tient pour beaucoup dans le jeu tonitruant du guitariste, Todd Howe. Véritable showman qui n’en a rien à carrer et s’adonne sur scène à toutes les excentricités (headbangs, guitare derrière la nuque, et on le verra même confier sa gratte à une jolie jeune femme du public sur Spitting Fire), il change régulièrement de guitares, d’effets et d’instruments (clavier, toms). Du coup, les sonorités de The Boxer Rebellion varient entre le solennel, l’épileptique et le divin.

Ainsi, Organ Song démarre sur une intro funéraire et martiale pour s’enchaîner à la gratte sèche. Au final, en fonction de ses accents et de ses inclinaisons, on pense à un indie rock au confluent de White Lies, avec une classe à la The National, le tout saupoudré d’un son résolument 80’s proche d’Echo & The Bunnymen.

2ème round

2ème round. Quand ils sont rugissants, les Londoniens excellent à base de grattes explosives voire noise et de grosse basse généreusement appliquée par un Adam Harrisson très concentré. Et ce n’est pas un léger un problème technique sur Cowboys & Engines (perte d’une sangle de guitare) qui entravera leur marche en avant. Entre rock classieux et élans ‘valdingo’ qui font parler la poudre, The Boxer Rebellion fait preuve d’une réelle prestance sur scène. On tremble sur le presque nostalgico-Isaakien Caught Light. On évacue la pression sur un Evacuate très âpre et de circonstance.

Entre rage et émotion, le groupe démontre un joli savoir-faire, une réelle gestion des temps forts tout en gagnant en confiance au fil du concert. Ainsi quand ils abordent la seconde mi-temps de leur set, les visages se font souriants. Nicholson se plaît à blaguer avec le public, preuve que le plaisir est palpable de part et d’autre du Nouveau Casino. Et pas une seule seconde, le soufflet ne retombe.

C’est tout simplement beau sur Misplaced qui part à la gratte sèche. Ou dantesque sur un Watermelon qui surgit de nulle part avant un rappel hystérique et au cours duquel Nicholson mettra le feu au public en descendant chanter dans la fosse. L’alliance ultime du coton et du rasoir. Le KO parfait, en somme.

LA SET LIST COMPLÈTE :

STEP OUT OF THE CAR
ORGAN SONG
COWBOYS & ENGINES
FLASHING RED LIGHT MEANS GO
CAUGHT BY THE LIGHT
IF YOU RUN
EVACUATE
MEMO
BOTH SIDES ARE EVEN
SPITTING FIRE
THE RUNNER
MISPLACED
SEMI AUTOMATIC
DOUBT
WATERMELON

:::

NO HARM
CAUSE FOR ALARM
THE GOSPEL OF GORE ADACHI

/// Textes : Oscar Kamerlain /// Crédit photos : © Pierre Rigae ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Carl Barât : des Libertines aux Jackals et vice versa
Concours : gagnez des pass pour le festival Foud'Rock !
Foxygen : ...And Star Power, l'album remue-méninges en écoute
The Growlers : nouvel album Chinese Fountain en écoute
Buzzcocks : quarante ans et toutes ses dents pour un nouvel album !
The Hussy : fournisseur officiel de garage punk dévergondé
Julian Casablancas étale sa tristesse rétro-futuriste avec Human Sadness
Reptile Youth : la relève indie pop danoise en concert à Paris et Lille en septembre

Article posté dans la catégorie Live Reports.