PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[LIVE REPORT] Les Eurockéennes de Belfort 2014

[LIVE REPORT] Les Eurockéennes de Belfort 2014

102 000 festivaliers, 15 000 campeurs… la 26ème édition des Eurockéennes de Belfort a fait le plein en réunissant The Black Keys, Franz Ferdinand, Robert Plant, Little Dragon, Biffy Clyro, Foster the People ou encore Ghost. Compte-rendu des festivités en images. [...]
[LIVE REPORT] Interpol @ L’Alhambra 2014

[LIVE REPORT] Interpol @ L’Alhambra 2014

Alors que l’été venait de prendre ses quartiers, Interpol avait décidé d’entamer une nouvelle campagne par un concert en toute intimité à l’Alhambra (Paris). Les New-Yorkais ne sortiront leur nouvel opus El Pintor (anagramme d’Interpol) qu’en septembre prochain mais ils ont réservé au public parisien la primeur [...]
[BONNES VACANCES] Le guide des albums de la rentrée 2014

[BONNES VACANCES] Le guide des albums de la rentrée 2014

Pixbear hiberne même en été ! Nous serons de retour à la fin du mois d’août pour une nouvelle saison musicale. En attendant, nous vous proposons le guide des albums de la rentrée prochaine. Au programme : Alt-J, Julian Casablancas, Death from Above 1979, Pink Floyd, Interpol, Robert Plant, [...]
[LIVE REPORT] The Dukes @ Pan Piper 2014

[LIVE REPORT] The Dukes @ Pan Piper 2014

En cette soirée de Fête de la Musique, le duo rock The Dukes investissait le Pan Piper (Paris) avec, en première partie, J.F.K.. Shanka et Greg Jacks, deux ex-No One Is Innocent, présentaient à cette occasion leur nouvel album Smoke Against the Beat. Une déferlante de décibels [...]
[LIVE REPORT] Brian Jonestown Massacre @ Le Bataclan 2014

[LIVE REPORT] Brian Jonestown Massacre @ Le Bataclan 2014

Après un passage à vide et quelques albums décevants, Anton Newcombe et son Brian Jonestown Massacre orchestrent un retour au complet avec un quatorzième album fort réussi, Revelation, qui renoue avec les meilleurs moments de leur carrière. Et la cohésion du groupe se confirme sur scène ! Retour [...]
[FACE A FACE] Simian Ghost en session photos à Paris

[FACE A FACE] Simian Ghost en session photos à Paris

De passage à Paris dans le cadre de la promotion de leur nouvel opus The Veil, les Suédois de Simian Ghost nous ont accordé une session photos dans les rues de Montmartre. Un peu de fraîcheur en plein soleil ! [...]

Photos Band of Skulls @ La Flèche d’Or 2012

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE

BAND OF SKULLS @ LA FLECHE D'OR 2012

Après un passage à la Maroquinerie (Paris) en octobre dernier, le trio britannique Band of Skulls se présentait devant le public de la Flèche d’Or en cette fin de mois de janvier avec une cargaison de nouvelles chansons issues de son deuxième opus Sweet Sour à paraître le 20 février prochain. Une belle occasion de découvrir ce nouvel album en avant-première !


*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

Ce soir, Band of Skulls se produit dans le cadre de la Pias Nites. Avant de retrouver les héros de la soirée, Annette & Mathi et Stoned Popes font patienter les spectateurs présents dès 20h pour ne rien manquer de ce rendez-vous récurrent à la Flèche d’Or. Dans la salle, on remarque deux spectatrices maquillées et costumées en squelette. Un bel effort qui méritait d’être souligné.

« C’est bon de revenir à la Flèche d’Or »

A 22h30, les choses sérieuses commencent. Le gang de Southampton s’installe dans la pénombre sous les acclamations du public. Puis, le silence se fait, simplement troublé par quelques menues conversations. Sans plus attendre, Russell Marsden (guitare, chant), Emma Richardson (basse, chant) et Matt Hayward (batterie) dégainent le petit nouveau Sweet Sour. L’ambiance est lourde et bien rock. Russell lâche un premier solo en wah wah. La basse d’Emma vrombit. « Sweet Sour ! » est répété en choeur par le duo telle une incantation.

« Merci beaucoup » lance Russell pour répondre aux applaudissements qui fusent. « C’est bon de revenir à la Flèche d’Or ». Le frontman fait référence au passage du groupe dans la salle parisienne en septembre 2010. Band of Skulls poursuit avec Patterns et son riff rock bien heavy. La chanson prend aux tripes. Le trio jongle avec les ambiances, un moment plus contenu, un moment plus catchy et dansant, un moment psyché. Complices, Russell et Emma se rapprochent au milieu de la scène avant de lâcher totalement le riff en guise de final volcanique. La chaleur du foyer est entretenue ensuite par une lumière rouge et l’introduction montante du bien nommé Fires. Le riff lancinant et la voix de Russell font penser à du Kings of Leon. Les beats de Matt sont bien pesants et donnent envie de bouger la tête d’avant en arrière. La Flèche d’Or savoure.

*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

On pense à nouveau à Kings of Leon. Est-ce bien ou mal ? Peu importe, c’est très bien foutu

« On a un nouvel album qui sort bientôt. On va jouer des nouvelles chansons. Celle-là, vous l’avez déjà peut-être entendue. Ça s’appelle The Devil Takes Care of His Own » annonce Russell. Sous les flashes des projecteurs, ce titre tout en percussions rappelle les White Stripes mais avec un son de guitare plus heavy. Band of Skulls distille ce déjà classique devant un public enthousiaste. On adore ces moments de flottement pendant lesquels la guitare résonne seule avant de mieux repartir… Dans la foulée, l’introduction montante du nouveau morceau Bruises annonce cette chanson nuancée pleine d’intensité. Russell en profite pour s’approcher des premiers rangs.

Band of Skulls poursuit avec Cold Fame, son beat lourd et ses accords lâchés. Russell dégaine un solo un peu cliché mais bien dans l’esprit. On pense à nouveau à Kings of Leon. Est-ce bien ou mal ? Peu importe, c’est très bien foutu. Ensuite, place au nouveau morceau Lies et son riff plus alambiqué. Les lumières de la salle s’affolent. Emma chante majestueusement. Le titre est court et s’arrête net. La bassiste et le guitariste lâchent ensemble une Bomb bien couillue, précise et graisseuse. Sur le final, les stroboscopes sont de sortie.

*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

« C’est un peu la chanson de la Flèche d’Or »

Band of Skulls va ensuite chercher dans ses racines blues le titre Blood. Russell bénéficie d’un gros son de guitare et exécute parfaitement ce titre qui sonne comme un classique du répertoire blues américain. Le trio lâche les fauves dans la foulée avec la nouvelle composition You Aren’t Pretty But You Got It Going On. Matt s’énerve derrière sa batterie. Un solo de guitare débridé provoque des cris dans la salle. Entre ambiances glacées et incandescentes, les Anglais sont toujours aussi percutants. « C’est une vieille chanson. On l’a jouée la première fois ici. C’est un peu la chanson de la Flèche d’Or » explique Russell avant de se lancer dans le rampant Dull Gold Heart. Le chant est plaintif, la chanson tout en nuance. Finalement, un riff puissant, sorti de derrière les fagots, explose les oreilles.

Band of Skulls reste dans une ambiance larvée et bluesy, en suspension entre deux mondes, avec I Know What I Am. L’esprit devient tout d’un coup très Led Zepellin. La voix de Russell est impeccable. Le tempo s’accélère et la Flèche d’Or hésite à danser la gigue. Le trio reste dans un trip à l’ancienne avec Light of the Morning qui fleure bon le Jimi Hendrix. Ce titre est imparable et pourrait durer 20 minutes tant il est un parfait réceptacle à jams et solos gras. Au final, la chanson ne dure que 5 minutes.

Pour achever son set, Band of Skulls balance le catchy Death by Diamonds and Pearls puis s’en va. S’il pense s’en tirer à si bon compte, il se trompe. La Flèche d’Or réclame, proteste et rue dans les brancards. Pour éviter l’émeute, les Anglais reviennent avec Hometown, une nouvelle chanson en forme de berceuse, enchaînée avec Impossible. A 23h55, la messe noire est dite. Band of Skulls a définitivement le potentiel pour sortir du réseau des petites salles en France et prétendre à des salles de dimensions moyennes. Notre rêve : le voir d’ici quelques mois à la Cigale avant un retour triomphal en fin d’année à l’Olympia. Croisons les doigts !

LA SET LIST COMPLÈTE :

SWEET SOUR
PATTERNS
FIRES
THE DEVIL TAKES CARE OF HIS OWN
BRUISES
COLD FAME
LIES
BOMB
BLOOD
YOU AREN’T PRETTY BUT YOU GOT IT GOING ON
DULL GOLD HEART
I KNOW WHAT I AM
LIGHT OF THE MORNING
DEATH BY DIAMONDS AND PEARLS

:::

HOMETOWN
IMPOSSIBLE

/// Textes : Mr. Grieves /// Crédit photos : © Joëlle Rasoarivelo ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Death From Above 1979 : nouvel album The Physical World en septembre, Trainwreck 1979 en écoute
Leisure Birds : perle psyché futuriste en approche
The Vines : double album Wicked Nature en septembre, Out the Loop en écoute
La Route du Rock 2014 : demandez le programme !
The Vacant Lots : Departure, l'album garage fuzz psychédélique en écoute
Eugene McGuinness : nouvel album Chroma en écoute en avant-première
Julian Casablancas : nouvel album Tyranny en septembre, précommande à 3,87 $
Zapping de la semaine : OK Go, Interpol, Austra, Eels...

Article posté dans la catégorie Live Reports.