PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert de Bonaparte au Point Ephémère (Paris) !

[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert de Bonaparte au Point Ephémère (Paris) !

Le 15 novembre 2014, Bonaparte sera en concert au Point Ephémère (Paris) pour y présenter son nouvel album éponyme. Pixbear vous propose de gagner des places pour assister à cette prestation rock qui s’annonce haute en couleur ! [...]
[LIVE REPORT] The Legendary Tigerman @ La Maroquinerie 2014

[LIVE REPORT] The Legendary Tigerman @ La Maroquinerie 2014

A la Maroquinerie (Paris), le rockeur portugais Paulo Furtado, alias The Legendary Tigerman, n’a pas renié son plaisir à partager son savoir-faire scénique. Retour sur un concert cinématographique et plein de charme blues. [...]
[LIVE REPORT] The Libertines @ Zénith de Paris 2014

[LIVE REPORT] The Libertines @ Zénith de Paris 2014

Avec les Libertines, on peut s’attendre à tout, au pire comme au meilleur… Pour leur concert de reformation au Zénith de Paris, les Anglais n’ont pas failli à leur réputation. Trois premières parties au lieu des deux initialement prévues, un concert qui commence plus tard qu’annoncé, un [...]
[STREAMING] The Felines : le trio garage rock féminin danois sort les griffes

[STREAMING] The Felines : le trio garage rock féminin danois sort les griffes

Groupe garage rock originaire de Copenhague (Danemark), The Felines vient de livrer son premier album Want via le label allemand Soundflat Records. Ce disque n’est disponible qu’en import dans nos régions mais il est diffusé en intégralité sur la Toile. Une excellente surprise pour les oreilles. [...]
[DECOUVERTE] Strawberry Jacuzzi crie son amour des crèmes glacées et des ruptures

[DECOUVERTE] Strawberry Jacuzzi crie son amour des crèmes glacées et des ruptures

« L’amour, c’est pour les cons », tel est l’étendard sous lequel manifeste le quatuor américain Strawberry Jacuzzi en sortant son premier album. Ce disque garage pop d’une efficacité redoutable traite des crèmes glacées et des ruptures… Love Is for Suckers est à découvrir en intégralité. Miam Miam ! [...]
[BILLETTERIE] The Afghan Whigs en concert au Trabendo (Paris) en février

[BILLETTERIE] The Afghan Whigs en concert au Trabendo (Paris) en février

Bonne nouvelle ! Le groupe rock alternatif The Afghan Whigs posera enfin ses bagages en France pour présenter sur scène son nouvel album Do to the Beast, son premier opus en l’espace de 16 ans ! Ces retrouvailles auront lieu le 9 février prochain au Trabendo (Paris). Et [...]

Brian Jonestown Massacre /// Biographie

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE
BRIAN JONESTOWN MASSACRE BIOGRAPHIE
BRIAN JONESTOWN MASSACRE

Origine : San Francisco, Californie (Etats-Unis)

Création : 1990

Membres : Anton Newcombe, Matt Hollywood, Frankie « Teardrop » Emerson, Collin Hegna, Will Carruthers, Ricky Maymi, Daniel Allaire, Joel Gion, Rob Campanella, Irina Yalkowsky, Matthew J. Tow, Bowerbird, Kirpatick Thomas, Jeff Davies, Jeff Levitz, Bobby Heckster, Lenny Pops, Miranda Lee Richards, Dean Taylor, Christof W. Clerk, Peter Hayes, Robert Desmond, Elise Dye, Travis Threlkel, Patrick Straczek, Chris Dupré, Brant Graff, Milo Warner Martin, Mara Keagle, Graham Bonnar, Mara Keagle, Brian Glaze, Mike Burns, Brad Artley, Jussi Tegelman, Adam Hamilton, Norm Black, Johnny Haro, Norm Block, Billy Pleasant, Hunter Crowley, Greg Epman, Dave Koenig

Site Officiel : brianjonestownmassacre.com

1990 – 2004 : les années underground

Le Brian Jonestown Massacre s’est formé en 1990 à San Francisco (Californie) sous l’impulsion d’Anton Newcombe (guitare, chant), Matt Hollywood (guitare, chant, basse), Ricky Maymi (basse, batterie), Patrick Straczek (guitare) et Travis Threlkel (guitare). Groupe à géométrie variable emmené par un Anton Newcombe incontrôlable, il tire son nom de la contraction de Brian Jones, défunt bassiste des Rolling Stones, et du suicide collectif survenu dans la communauté surnommée Jonestown en Guyane le 18 novembre 1978.

En 1993, rejoint par Jeff Davies (guitare), le Brian Jonestown Massacre signe son premier opus Spacegirl & Other Favorites sur le propre label d’Anton Newcombe The Committee to Keep Music Evil. Il accueille alors dans ses rangs Elise Dye (guitare) et Chris Dupré (basse) et Brant Graff (batterie). En 1994, Ricky Maymi et Travis Threlkel quittent le groupe. Joel Gion (tambourin, percussions) et Milo Warner Martin (batterie) intègrent la formation.

En 1995, le Brian Jonestown Massacre livre son deuxième opus Methodrone aux accents shoegaze. Il accueille dans ses rangs Graham Bonnar (batterie), Miranda Lee Richards (chant) et Mara Keagle (chant). Chris Dupré tire sa révérence. L’année suivante, Elise Dye, Milo Warner Martin et Graham Bonnard quittent le groupe. Mike Burns (batterie) et Brad Artley (batterie) font leur entrée parallèlement aux sorties des albums psychédéliques Take It From the Man!, Their Satanic Majesties’ Second Request et Thank God for Mental Illness.

En 1997, le Brian Jonestown Massacre revient avec son septième album Give It Back!. Parallèlement, Robert Desmond (guitare), Peter Hayes (guitare), Jussi Tegelman (batterie) et Adam Hamilton (batterie) rejoignent les rangs du groupe. Dans le même temps, Mike Burns et Mara Keagle font leurs valises. En 1998, le Brian Jonestown Massacre livre un nouvel opus baptisé Strung Out in Heaven. Robert Desmond, Peter Hayes (parti fonder Black Rebel Motorcycle Club) et Jussi Tegelman ne sont déjà plus là. Christof W. Certik (guitare), Norm Block (batterie), Haro Billy (batterie), Billy Pleasant (batterie) et Marty Smith (batterie) entrent en action.

En 1999, le Brian Jonestown Massacre sort son huitième album Bringing It All Back Home – Again. Il accueille dans ses rangs Jeff Levitz (guitare), Lenny Pops (guitare) et Bobby Hecksher (guitare). Norm Block, Adam Hamilton, Johnny Haro, Billy Pleasant et Marty Smith sont évincés. L’année suivante, Jeff Davies, Dean Taylor, Miranda Lee Richards, Joel Gion, Matt Hollywood et Lenny Pops prennent la porte. Frankie « Teardrop » Emerson (guitare), Hunter Crowley (batterie) et Greg Epman (batterie) intègrent la formation.

En 2001, les Californiens reviennent avec l’album Bravery, Repetition and Noise. Bobby Hecksher (parti fonder The Warlocks), Grep Epman et Jeff Levitz sont éjectés. Jeff Davies fait son retour. Rob Campanella (guitare) fait ses premiers pas dans le groupe. L’année suivante, arrive Kripatrick Thomas (guitare) alors que Daniel Allaire (batterie) remplace Hunter Crowley. En 2003, paraît …And This Is Our Music. Dans la foulée, Ricky Maymi fait son retour dans la formation. Il est accompagné de Matthew J. Tow (guitare), Bowerbird (guitare) et Tommy Dietrick (basse).

2004 – 2010 : Anton Newcombe, naissance d’une icône avec Dig!

En 2004, nouveau changement de line-up. A peine arrivés, Matthew J. Tow, Bowerbird, Kirpatrick Thomas et Tommy Dietrick sont éjectés. Collin Hegna (basse), Ryan Summer (batterie) et Brian Glaze (batterie) intègrent le groupe. Joel Gion fait son retour. Parallèlement, le Brian Jonestown Massacre fait l’objet du documentaire Dig! qui établit un parallèle entre la carrière du groupe et celle de ses amis les Dandy Warhols. En 2005, le temps de sortir l’EP We Are the Radio, Ryan Summer et Brian Glaze prennent la porte. Irina Yalkowski (guitare) débarque. Elle restera deux ans.

En 2008, après le départ de Rob Campanella et l’arrivée de Will Carruthers (basse), le Brian Jonestown Massacre signe l’album My Bloody Underground puis l’EP Just Like Kicking Jesus. 2009 voit le retour de Matt Hollywood et la parution des EPs Smoking Acid et One. En février 2010, le groupe sort douzième album Who Killed Sgt. Pepper?.

2011 – 2014 : Aufheben et Revelation

En 2011, Anton Newcombe travaille dans son home studio berlinois sur un nouvel album. Le 7 mai 2012, le Brian Jonestown Massacre fait son retour avec son treizième opus Aufheben. Ce disque accueille notamment Will Carruthers (Spacemen 3, Spiritualized), Constatine Karlis (Dimmer) et Thibault Pesenti (Rockcandys).

Le 19 mai 2014, Anton Newcombe et ses sbires sortent leur quatorzième album Revelation via le label indépendant A Records. C’est le premier opus du Brian Jonestown Massacre enregistré et produit intégralement dans les studios berlinois de son frontman. Anton Newcombe (guitare, chant) y est entouré de Joel Gion (chant, tambourin), Dan Alliare (batterie), Frankie Emerson (guitare), Matt Hollywood (chant, guitare), Collin Hegna (basse), Rob Campanella (claviers) et du revenant Ricky Maymi (guitare).

Mr. Grieves

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Strawberry Jacuzzi crie son amour des crèmes glacées et des ruptures
Andy Burrows : l'orfèvre de la pop mélodique britannique en écoute
Julian Casablancas en concert au Casino de Paris en décembre
Zapping de la semaine : Paul McCartney, Tricky, Grand Blanc, Le Butcherettes...
The Subways annonce un nouvel album et des concerts en France pour 2015
Photos Festival Rock en Seine 2014 /// Jour 3
Zapping de la semaine : Julian Casablancas, Death from Above 1979, Metronomy, Ty Segall...
The Hussy : fournisseur officiel de garage punk dévergondé

Article posté dans la catégorie Biographies.

Article précédent:
Article suivant: