PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 3

[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 3

Pitchfork Music Festival 2014. Dernière soirée et quelle soirée ! Les programmateurs avaient réuni les forces vives de l’indie pop et electro pour un plateau taillé pour les noctambules : d’abord, en warm up, Jessy Lanza, Charlotte OC, Tobias Jesso Jr, Kwamie Liv, Movement et [...]
[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 2

[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 2

Pour cette soirée placée sous le signe d’Halloween, le Pitchfork Music Festival 2014 accueillait à la Grande Halle de la Villette (Paris) Perfect Pussy, D.D Dumbo, Son Lux, Future Islands, MØ, Chvrches, St. Vincent et Belle & Sebastian. Compte-rendu des festivités en images et en impressions. [...]
[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 1

[LIVE REPORT] Pitchfork Music Festival 2014 /// Jour 1

Pour sa quatrième édition, le Pitchfork Music Festival de Paris n’est plus vraiment à présenter. Loin de sa confidentialité des débuts, l’événement n’attire plus autant de ceux qu’on appelle hipsters (ou peut-être sont-ils devenus « normcore », la mode ayant tourné). En tous les cas, l’impression de visiter un [...]
[DECOUVERTE] Viet Cong : découverte post-punk labyrinthique en approche

[DECOUVERTE] Viet Cong : découverte post-punk labyrinthique en approche

En janvier prochain, le groupe post-punk labyrinthique Viet Cong proposera son premier album éponyme. Originaire du Canada, le quatuor vient de livrer la video du single Continental Shelf. Bunker Buster, un autre titre extrait de l’album, est à découvrir en version live. Assurément à suivre en 2015 ! [...]
[STREAMING] Centenaire : Somewhere Safe, l’album fuzzy et sophistiqué en écoute

[STREAMING] Centenaire : Somewhere Safe, l’album fuzzy et sophistiqué en écoute

Le groupe parisien Centenaire livre cette semaine son nouvel opus Somewhere Safe. Sa mixture à la fois fuzz, dissonante et sophistiquée est à expérimenter en intégralité dès aujourd’hui, en attendant patiemment son passage à la Maroquinerie (Paris) prévu le 28 novembre prochain. [...]
[STREAMING] Movie Star Junkies : humeurs garage démoniaques en écoute

[STREAMING] Movie Star Junkies : humeurs garage démoniaques en écoute

Originaires de Turin (Italie), les Movie Star Junkies seront de retour lundi prochain avec un nouvel opus baptisé Evil Moods. Sous influence garage punk, ce disque est à découvrir en intégralité dès maintenant. Pour info, le groupe finira sa tournée française le 28 novembre prochain par un [...]

Brian Jonestown Massacre /// Biographie

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE
BRIAN JONESTOWN MASSACRE BIOGRAPHIE
BRIAN JONESTOWN MASSACRE

Origine : San Francisco, Californie (Etats-Unis)

Création : 1990

Membres : Anton Newcombe, Matt Hollywood, Frankie « Teardrop » Emerson, Collin Hegna, Will Carruthers, Ricky Maymi, Daniel Allaire, Joel Gion, Rob Campanella, Irina Yalkowsky, Matthew J. Tow, Bowerbird, Kirpatick Thomas, Jeff Davies, Jeff Levitz, Bobby Heckster, Lenny Pops, Miranda Lee Richards, Dean Taylor, Christof W. Clerk, Peter Hayes, Robert Desmond, Elise Dye, Travis Threlkel, Patrick Straczek, Chris Dupré, Brant Graff, Milo Warner Martin, Mara Keagle, Graham Bonnar, Mara Keagle, Brian Glaze, Mike Burns, Brad Artley, Jussi Tegelman, Adam Hamilton, Norm Black, Johnny Haro, Norm Block, Billy Pleasant, Hunter Crowley, Greg Epman, Dave Koenig

Site Officiel : brianjonestownmassacre.com

1990 – 2004 : les années underground

Le Brian Jonestown Massacre s’est formé en 1990 à San Francisco (Californie) sous l’impulsion d’Anton Newcombe (guitare, chant), Matt Hollywood (guitare, chant, basse), Ricky Maymi (basse, batterie), Patrick Straczek (guitare) et Travis Threlkel (guitare). Groupe à géométrie variable emmené par un Anton Newcombe incontrôlable, il tire son nom de la contraction de Brian Jones, défunt bassiste des Rolling Stones, et du suicide collectif survenu dans la communauté surnommée Jonestown en Guyane le 18 novembre 1978.

En 1993, rejoint par Jeff Davies (guitare), le Brian Jonestown Massacre signe son premier opus Spacegirl & Other Favorites sur le propre label d’Anton Newcombe The Committee to Keep Music Evil. Il accueille alors dans ses rangs Elise Dye (guitare) et Chris Dupré (basse) et Brant Graff (batterie). En 1994, Ricky Maymi et Travis Threlkel quittent le groupe. Joel Gion (tambourin, percussions) et Milo Warner Martin (batterie) intègrent la formation.

En 1995, le Brian Jonestown Massacre livre son deuxième opus Methodrone aux accents shoegaze. Il accueille dans ses rangs Graham Bonnar (batterie), Miranda Lee Richards (chant) et Mara Keagle (chant). Chris Dupré tire sa révérence. L’année suivante, Elise Dye, Milo Warner Martin et Graham Bonnard quittent le groupe. Mike Burns (batterie) et Brad Artley (batterie) font leur entrée parallèlement aux sorties des albums psychédéliques Take It From the Man!, Their Satanic Majesties’ Second Request et Thank God for Mental Illness.

En 1997, le Brian Jonestown Massacre revient avec son septième album Give It Back!. Parallèlement, Robert Desmond (guitare), Peter Hayes (guitare), Jussi Tegelman (batterie) et Adam Hamilton (batterie) rejoignent les rangs du groupe. Dans le même temps, Mike Burns et Mara Keagle font leurs valises. En 1998, le Brian Jonestown Massacre livre un nouvel opus baptisé Strung Out in Heaven. Robert Desmond, Peter Hayes (parti fonder Black Rebel Motorcycle Club) et Jussi Tegelman ne sont déjà plus là. Christof W. Certik (guitare), Norm Block (batterie), Haro Billy (batterie), Billy Pleasant (batterie) et Marty Smith (batterie) entrent en action.

En 1999, le Brian Jonestown Massacre sort son huitième album Bringing It All Back Home – Again. Il accueille dans ses rangs Jeff Levitz (guitare), Lenny Pops (guitare) et Bobby Hecksher (guitare). Norm Block, Adam Hamilton, Johnny Haro, Billy Pleasant et Marty Smith sont évincés. L’année suivante, Jeff Davies, Dean Taylor, Miranda Lee Richards, Joel Gion, Matt Hollywood et Lenny Pops prennent la porte. Frankie « Teardrop » Emerson (guitare), Hunter Crowley (batterie) et Greg Epman (batterie) intègrent la formation.

En 2001, les Californiens reviennent avec l’album Bravery, Repetition and Noise. Bobby Hecksher (parti fonder The Warlocks), Grep Epman et Jeff Levitz sont éjectés. Jeff Davies fait son retour. Rob Campanella (guitare) fait ses premiers pas dans le groupe. L’année suivante, arrive Kripatrick Thomas (guitare) alors que Daniel Allaire (batterie) remplace Hunter Crowley. En 2003, paraît …And This Is Our Music. Dans la foulée, Ricky Maymi fait son retour dans la formation. Il est accompagné de Matthew J. Tow (guitare), Bowerbird (guitare) et Tommy Dietrick (basse).

2004 – 2010 : Anton Newcombe, naissance d’une icône avec Dig!

En 2004, nouveau changement de line-up. A peine arrivés, Matthew J. Tow, Bowerbird, Kirpatrick Thomas et Tommy Dietrick sont éjectés. Collin Hegna (basse), Ryan Summer (batterie) et Brian Glaze (batterie) intègrent le groupe. Joel Gion fait son retour. Parallèlement, le Brian Jonestown Massacre fait l’objet du documentaire Dig! qui établit un parallèle entre la carrière du groupe et celle de ses amis les Dandy Warhols. En 2005, le temps de sortir l’EP We Are the Radio, Ryan Summer et Brian Glaze prennent la porte. Irina Yalkowski (guitare) débarque. Elle restera deux ans.

En 2008, après le départ de Rob Campanella et l’arrivée de Will Carruthers (basse), le Brian Jonestown Massacre signe l’album My Bloody Underground puis l’EP Just Like Kicking Jesus. 2009 voit le retour de Matt Hollywood et la parution des EPs Smoking Acid et One. En février 2010, le groupe sort douzième album Who Killed Sgt. Pepper?.

2011 – 2014 : Aufheben et Revelation

En 2011, Anton Newcombe travaille dans son home studio berlinois sur un nouvel album. Le 7 mai 2012, le Brian Jonestown Massacre fait son retour avec son treizième opus Aufheben. Ce disque accueille notamment Will Carruthers (Spacemen 3, Spiritualized), Constatine Karlis (Dimmer) et Thibault Pesenti (Rockcandys).

Le 19 mai 2014, Anton Newcombe et ses sbires sortent leur quatorzième album Revelation via le label indépendant A Records. C’est le premier opus du Brian Jonestown Massacre enregistré et produit intégralement dans les studios berlinois de son frontman. Anton Newcombe (guitare, chant) y est entouré de Joel Gion (chant, tambourin), Dan Alliare (batterie), Frankie Emerson (guitare), Matt Hollywood (chant, guitare), Collin Hegna (basse), Rob Campanella (claviers) et du revenant Ricky Maymi (guitare).

Mr. Grieves

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Movie Star Junkies : humeurs garage démoniaques en écoute
Centenaire : Somewhere Safe, l'album fuzzy et sophistiqué en écoute
Centenaire trouve refuge dans la fuzz avec son nouvel album Somewhere Safe
King Gizzard & The Lizard Wizard : nouvel album I'm in Your Mind Fuzz en écoute
Strawberry Jacuzzi crie son amour des crèmes glacées et des ruptures
Mr. Crock : perle pop rock française à découvrir
Thurston Moore, Primus, Mark Lanegan, Baxter Dury... : les albums de la semaine en streaming
Pitchfork Music Festival Paris 2014 : demandez le programme !

Article posté dans la catégorie Biographies.

Article précédent:
Article suivant: