PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 3

[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 3

Rock en Seine 2014. The Final Chapter. En ce dimanche, les organisateurs du festival proposaient un final en apothéose avec Queens of the Stone Age mais également un voyage en terre indie 90’s avec Thurston Moore et Stephen Malkmus sans oublier du gros son avec Blood Red [...]
[FACE A FACE] Grand Blanc en session photos à Rock en Seine

[FACE A FACE] Grand Blanc en session photos à Rock en Seine

Auteur récemment d’un EP éponyme, le groupe cold wave français Grand Blanc a pris sur son précieux temps pour poser devant notre objectif à Rock en Seine. Il est actuellement en tournée en France. A ne pas manquer ! [...]
[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 2

[LIVE REPORT] Rock en Seine 2014 /// Jour 2

Rock en Seine 2014. Acte 2. En ce samedi au ciel un poil menaçant, le festival réunissait en tête de gondole revival 90’s The Prodigy et Portishead mais faisait également la part belle à de plus jeunes pousses telles que Alb, Thee Oh Sees, St. Vincent, The [...]
[STREAMING] Allah-Las, Karen O, Slash, My Brightest Diamond : les albums de la semaine en streaming

[STREAMING] Allah-Las, Karen O, Slash, My Brightest Diamond : les albums de la semaine en streaming

Quoi de neuf à se mettre dans les oreilles cette semaine ? Pour le savoir, Pixbear vous propose sa sélection de nouveaux albums à écouter en intégralité. Au menu : les nouvelles livraisons des Allah-Las, Karen O, Slash, My Brightest Diamond, J Mascis, The Asteroids Galaxy Tour, New Model [...]
[STREAMING] GOAT : Commune, le nouveau trip psychédélique suédois en écoute

[STREAMING] GOAT : Commune, le nouveau trip psychédélique suédois en écoute

Lundi prochain, le groupe rock psyché GOAT proposera son nouvel album Commune via le label indépendant Rocket Recordings. Prétendument originaires de Korpilombolo, un patelin paumé proche du cercle polaire arctique, ces Suédois affirment jouer la musique traditionnelle de leur village… Leur neuf nouvelles chansons sont à découvrir dès [...]
[COME BACK] Primus : le trio mythique adapte Charlie et la chocolaterie

[COME BACK] Primus : le trio mythique adapte Charlie et la chocolaterie

20 ans après leur dernière collaboration, Les Claypool, Larry LaLonde et Tim « Herb » Alexander donneront leur version du film Charlie et la chocolaterie (1971). Chocolate Factory with the Fungi Ensemble sortira le mois prochain et deux chansons sont d’ores et déjà en écoute. Comme toujours avec Primus, [...]

Photos We Are The Lilies @ Factory Festival IDF 2010

NEWS LIVE REPORT INFOS ARTISTES

WE ARE THE LILIES @ FACTORY FESTIVAL IDF 2010

We Are The Lilies, première ! Vendredi 1er octobre avait lieu à l’Elysée Montmartre la toute première montée sur scène d’un supergroupe réunissant le pluripotent Tahiti Boy, son collectif retro pop Palmtree Family et la légende psychédélique du tropicalisme brésilien, Sergio Dias. Dépaysement garanti.


La légende raconte que tout part d’une fascination. Invité un jour à s’exprimer sur ses disques de référence, David Sztanke, alias Tahiti Boy, choisit de passer une chanson des hérauts du tropicalisme brésilien, Os Mutantes. Depuis, quelques mails échangés, des dialogues rapides, une intuition et une envie de travailler ensemble se sont chargés de créer les ponts. Oui, c’est ainsi que les Lilies sont nés. A cheval entre les Amériques et l’Europe.

Alors que leur premier album éponyme débarque dans nos contrées, leur union sacrée et tant attendue avait convié tout son petit monde à une première représentation dans le cadre du festival Factory pour montrer le résultat de ce cocktail improbable. On se devait d’y être pour juger sur pièces.

En background, on s’imagine les Beatles qu’on aurait relookés en chemise hawaïenne

Pourtant, autant l’annoncer d’entrée de jeu : les conditions n’étaient pas réellement propices. En ce vendredi soir, le gros temps de chien qui nous rince jusqu’à la moelle et l’attente sur le trottoir au milieu des relents de kebabs environnants sont à deux doigts de nous faire prendre la poudre d’escampette. Malgré tout, on s’accroche parce qu’on est curieux. On s’accroche aussi parce qu’on a envie de voir ce que ça donne bien qu’on soit surpris de constater, une fois les portes de l’Elysée Montmartre franchies, que 95% des spectateurs présents sont sur liste d’invités. Ça aurait pu nous décourager, mais non.

Car l’essentiel est ailleurs, à savoir dans le concert. Même devant un public acquis fait et cause pour lui, We Are The Lilies se devait d’assurer, de prouver que la fusion des genres était possible. En somme, montrer son unité, sa légitimité. Alors quand, sur les coups de 21h, la troupe débarque, on écoute, on scrute, on guette. Et on est vite rassuré. Sur le joyeux Cry When You Sleep, la première évidence s’impose : pas de fausse note, la mayonnaise prend sans mal. Comme enveloppé dans un doux cocon de soleil et cocotier, on se laisse directement happer par cette onde psychédélique qui fleure bon les sixties et les embardées hippies.

En background, on s’imagine les Beatles qu’on aurait relookés en chemise hawaïenne, puis la Californie aussi, grâce à une bonne dose de claviers vintages et de guitares surf. Complices comme s’ils étaient de vieux duettistes en fin de carrière, David et Sergio s’accordent à merveille. Quand le petit génie de la pop parisienne assure le show derrière son clavier avec ses allures à mi-chemin entre le geek et Romain Duris, l’autre se déploie de tout son charisme avec sa chaleur vocale et ses notes de guitare ciselées. Oui, trop heureux d’être là, Sergio Dias en habits de grand gourou sonne la grand messe et répand la bonne parole, comme sur le très addictif Over My Head.

Côté Palmtree Family, le saxophoniste, souvent déchaîné, virevolte dans sa veste en peau de serpent ou presque tandis que le percussionniste s’en donne à cœur joie, notamment sur le très rythmé We’re Gonna Live Forever.

« Je sais bien qu’il est tôt, mais on va faire comme s’il était 5h du matin »

Ça fait vraiment plaisir à voir. Rayonnant, We Are the Lilies compense le manque de vécu commun par un groove inimitable. Et pour ce qui est de chauffer l’ambiance, on peut toujours compter sur Tahiti Boy et son savoir-faire. « Je sais bien qu’il est tôt, mais on va faire comme s’il était 5h du matin » annonce-t-il à son public, histoire de raviver la flamme d’un public pourtant déjà conquis. Et c’est sans peine qu’il y parvient.

Meninas charme avec ses guitares surf qui rugissent et ses sonorités funk qui giclent par petites touches. Sur Marie, Jane Birkin qui pose sa voix sur l’album est merveilleusement remplacée par un Sergio Dias au sommet de son art dès qu’il débute la chanson sur une version alternative et décalée de La Marseillaise. Quant à Why? enregistré avec Iggy Pop, l’iguane n’étant pas présent pour prendre part à la fête, c’est Hugh Coltman qui se charge de mettre le feu en parfait maître artificier sur une déflagraton très « never mind the bollocks ».

En résumé, à coups de mélodies entre pop et psychédélisme tropicale, de percées funkisantes, la formation a imprimé ce soir une bonne humeur collégiale avec une facilité déconcertante. Preuve de cette alchimie : le rappel. Alors même que Sergio et Tahiti Boy n’ont plus rien à présenter, ils reviennent quand même pour improviser gentiment un morceau et finir sur une accolade. L’art et la manière de sceller une union pas si contre-nature. Et de conclure la soirée sur un sourire. Ce groupe est définitivement à suivre.

LA SET LIST COMPLÈTE :

CRY WHEN YOU SLEEP
O MAR
OVER MY HEAD
WE’RE GONNA LIVE ROFREVER
INTRO SARAVA
JEAN ET JEANNE
MENINAS
MARIE
OH BAHIA
SING A SIMPLE SONG (SLY STONE)
WHY?

:::

THE LILIES / A CAPPELLA

/// Textes : Oscar Kamerlein /// Crédit photos : © Joëlle Rasoarivelo ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


GOAT : Commune, le nouveau trip psychédélique suédois en écoute
Photos Festival Rock en Seine 2014 /// Jour 3
Allah-Las, Karen O, Slash, My Brightest Diamond : les albums de la semaine en streaming
Wampire ouvre son Bazaar synth pop en octobre
Interpol, Death From Above 1979, Robert Plant, Ryan Adams... : les albums de la semaine en streaming
Wyatt Blair ou le charme lo-fi du rock californien
TRAAMS
La légende rock expérimental Swans paie sa tournée en France

Article posté dans la catégorie Live Reports.