PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe

Photos Trailer Trash Tracys @ Le Point Ephémère 2012

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE

TRAILER TRASH TRACYS @ LE POINT EPHEMERE 2012

Dans le cadre du festival Fireworks, les Anglais de Trailer Trash Tracys débarquaient au Point Ephémère avec en warm up les Américains d’Oberhofer. Deux groupes peu connus mais qui suscitaient une vive attente au vu de la foule qui se pressait ce soir-là dans la salle parisienne.


*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

A 20h30, Oberhofer entre en piste avec son lots de morceaux très indie pop dans la brume. Entre titres posés et puissants et chansons catchy plus rythmées, le quatuor interpelle par son frontman dont la voix très particulière booste les compositions. Le public est nombreux et réceptif. En 45 minutes, Oberhofer nous donne envie d’écouter son premier album Time Capsules II. Il ne paraîtra qu’en avril prochain. Pour patienter, le morceau d’ouverture de ce disque, Heart, est en téléchargement gratuit via Soundcloud. A découvrir.

Leurs formes à contre jour posent une ambiance mystérieuse et mystique

Auteurs récemment d’un premier opus baptisé Ester, les Londoniens de Trailer Trash Tracys prennent le relai à 21h40. Avant d’entrer en scène, une musique spatiale se met en route accompagnée de projections sur un écran dressé au fond de la scène. Dans l’espace, une forme humaine se dessine. Jimmy-Lee (guitare) et Dayo (batterie) s’installent dans le noir, bientôt rejoints par Susanne Aztoria (chant) et Adam J (basse). Une guitare vaporeuse s’élève sur Rolling – Kiss the Universe. Le groupe est éclairé de derrière. Leurs formes à contre jour pose une ambiance mystérieuse et mystique.

Dans la foulée, Dayo envoie le beat lourd de You Wish You Were Red. La guitare minimaliste couplée à une voix mélodieuse et caressante, pleine de reverb, engage le Point Ephémère dans un trip aérien. L’écran diffuse des images de voies lactées et d’anémones de mer. Une pop abyssale et lynchienne déferle dans la salle. Les spectateurs saluent comme il se doit cette belle entrée en matière. Le beat synthétique de Los Angered prend le relais. Trailer Trash Tracys se fait plus rythmé, à fond shoegaze. La basse est ultra-présente, la guitare noyée dans les effets. La voix envoûtante de la chanteuse fait le reste.

La voix est noyée dans les instruments telle une complainte fantomatique

« On est très excité de jouer à Paris » lance Susanne avant que les arrangements de Strangling Good Guys n’enveloppe le public dans une douceur ouatée. Les cages thoraxiques vibrent sous les notes de basse. Les lumières tournoient. La voix est noyée dans les instruments telle une complainte fantomatique. On remarque que Jimmy-Lee joue avec une guitare de gaucher alors qu’il est droitier… Ce dernier enchaîne avec les arpèges de Candy Girl qui dressent un pont entre David Lynch et Jesus and Mary Chain. La chanteuse se cramponne à son micro.

Dayo utilise ensuite ses pads pour lancer le rythme de Black Circle. La basse groove. Des figures étranges apparaissent sur l’écran. Trailer Trash Tracys lance ensuite la programmation entrainante de Engelhardt’s Arizona. La chanteuse danse d’une manière très particulière et chante la main sur la poitrine. Le guitariste introduit quelques phases de tapping sur ce titre dream pop délicat qui monte en intensité. Le quatuor calme ensuite le jeu avec Starlatine dans une ambiance de valse du quatrième millénaire.

On s’attend presque à voir débarquer Laura Palmer en featuring

« Merci d’être venus. On aime Paris » lance Susanne en guise d’au revoir. Pour finir, Trailer Trash Tracys distille Turkish Heights. Un beat lourd et une basse pénétrante font irrésistiblement penser au thème de Twin Peaks. On s’attend presque à voir débarquer Laura Palmer en featuring. Il est 22h10 et le groupe nous quitte déjà après seulement 30 minutes de concert… Le Point Ephémère réclame un rappel et l’obtient. Susanne revient seule le sourire aux lèvres et chante Flesh. Rejointe par ses trois camarades, elle poursuit avec Dies in 55 accompagnée par une nouvelle vague de fumée et de lumières rouges. Les spectateurs applaudissent et le quatuor se retire définitivement après 40 minutes de concert.

Au terme de cette prestation, Trailer Trash Tracys nous a laissés un peu sur notre faim. Certains titres auraient pu nous emporter plus loin en s’étirant et en montant en intensité plus longtemps. A charge de revanche.

LA SET LIST COMPLÈTE :

INTRO
ROLLING – KISS THE UNIVERSE
YOU WISH YOU WERE RED
LOS ANGERED
STRANGLING GOOD GUYS
CANDY GIRL
BLACK CIRCLE
ENGELHARDT’S ARIZONA
STARLATINE
TURKISH HEIGHTS

:::

FLESH
DIES IN 55

/// Textes : Mr. Grieves /// Crédit photos : © Jacob Khrist ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Reverend Horton Heat : messe psychobilly annoncée au Trabendo (Paris) en juillet
Pixbear vous convie à sa soirée Jeudi Live au Truskel le 23 avril
We Love Green 2015 : demandez le programme !
Damaged Bug : le leader de Thee Oh Sees annonce un nouvel album solo
Foxygen lance une fausse tournée d'adieu ?
Franz Ferdinand et les Sparks unissent leurs forces pour un album et une tournée
Les 15 (bonnes) façons de porter des jeans serrés quand on fait du rock
The Psychotic Monks : nouvel EP stoner psychédélique en écoute et concerts au printemps

Article posté dans la catégorie Live Reports.