PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[SOIREE] Pixbear vous convie à sa soirée Jeudi Live au Truskel le 23 avril

[SOIREE] Pixbear vous convie à sa soirée Jeudi Live au Truskel le 23 avril

Le 23 avril 2015, Pixbear organisera sa troisième soirée Jeudi Live au Truskel en partenariat avec OÜI FM et le Truskel (Paris). A cette occasion, le groupe April Was a Passenger donnera un concert aux influences electro pop. Cette prestation sera suivie d’un DJ set. Venez [...]
[FACE A FACE] Paul Rannaud (Volage) en session photos à Paris !

[FACE A FACE] Paul Rannaud (Volage) en session photos à Paris !

Depuis la parution de l’album Heart Healing à l’automne dernier, le groupe psychédélique français Volage nous a tapé dans l’oreille. Son chanteur/compositeur Paul Rannaud a posé devant notre objectif au cours d’une session photos organisée à Paris. [...]
[BUZZROCKS] Les 9 animaux préférés des Beatles

[BUZZROCKS] Les 9 animaux préférés des Beatles

Avec un nom de groupe réunissant les scarabées (beetles) et le rythme rock ‘n roll (beat), les Beatles ne pouvaient se passer des animaux. Pixbear s’est amusé à répertorier les bestioles qui jalonnent le répertoire du groupe. Lors de cette étude approfondie, nous avons remarqué que c’est [...]
[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert des Monsters au Point Ephémère (Paris) !

[CONCOURS] Gagnez des places pour le concert des Monsters au Point Ephémère (Paris) !

Le 6 avril prochain, le groupe énervé The Monsters se produira au Point Ephémère (Paris). Emmenés par le diabolique Reverend Beat-Man, ces Suisses distillent une mixture garage punk, rockabilly, thrash et rock primitif. Pixbear vous propose de gagner des places pour vous prendre une bonne claque ! [...]
[COME BACK] Someone Still Loves You Boris Yeltsin de retour en juin avec un nouvel album

[COME BACK] Someone Still Loves You Boris Yeltsin de retour en juin avec un nouvel album

Deux ans après la sortie de Fly By Wire, la formation indie pop américaine Someone Still Loves You Boris Yeltsin vient d’annoncer son retour pour juin prochain avec un nouvel album baptisé The High Country. Ce disque est précédé du single Step Brother City à l’efficacité redoutable. [...]
[INSOLITE] Ben Stiller : son album punk datant de 1982 bientôt ré-édité !

[INSOLITE] Ben Stiller : son album punk datant de 1982 bientôt ré-édité !

C’est une nouvelle qui va intéresser tous les fans de Ben Stiller et les plus curieux d’entre nous. Avant de connaître le succès au cinéma, l’acteur a officié en tant que batteur dans le groupe punk Capital Punishment. En 1982, le trio avait sorti son unique album [...]

Photos PVT @ Le Point Ephémère 2011

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE

PVT @ LE POINT EPHEMERE 2011

La petite lumière est au bout du tunnel. Oui, pour tous ceux qui ne connaîtraient pas, PVT en concert revient à une expérience sensorielle voire spatio-temporelle aux confins de l’hallucination froide et hermétique. Vous voilà prévenus. Après cette rude mise en garde, il est désormais temps de pénétrer dans le compte-rendu de ce trip défragmenté qui s’est tenu au Point Ephémère. Prêts à vous faire arracher un cerveau ? Fermez les yeux et priez.


*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

Déjà, quand on savait que Cercueil officiait ce soir en première partie, on savait qu’on allait prendre cher et que la soirée n’allait pas virer dans la foire à la gaudriole. Dotés d’un son noise et synthétique sur des horizons sombres et tourmentés, les Lillois posent leur ambiance macabre comme un drap sur le Point Ephémère. Si la performance est moins impressionnante qu’elle n’a pas pu l’être à la Maroquinerie quelques mois plus tôt, la voix puissante de Pénélope Michel fait toujours autant son effet. La guitare reste puissante et efficace, les synthés juste parfaits dans leur rôle de distributeur d’uppercuts sortis de nulle part. Il est vrai que leur dernier album, plutôt convaincant, aurait gagné à être garni d’un peu plus de tubes pour transcender la salle et que quelques breaks trahissent encore les imperfections de la jeunesse, mais Cercueil arrive facilement à captiver une audience. Et il faut y voir là un probant signe d’encouragement.

Les sens se troublent et le corps vibre

Après ce ravissant amuse-bouche funéraire et capiteux, passons aux choses sérieuses avec les artilleurs en chef de PVT anciennement Pivot venus une nouvelle fois en la Capitale défendre leur excellent album Church with No Magic. Adeptes des sonorités psychotiques et des textures froides qui érigent de véritables cathédrales qui estomaquent et matraquent en plein cortex, les Australiens démarrent plein gaz par l’éponyme Church with No Magic.

D’emblée, les sens se troublent et le corps vibre, preuve de l’attraction phénoménale que peut dégager le groupe sur scène. La basse crisse, les deux synthés crachent à plein volume dans un océan de fumée et de lumières rasantes qui sautent à la gorge. Dans les premiers rangs, on aperçoit déjà quelques têtes qui vacillent et déjà se décrochent au sol. Et la messe noire ne fait que débuter. Dans toutes leurs compositions de ce soir, que ce soit Light Up Bright Fires, Window ou Timeless, PVT excelle dans l’entrelacement des couches, des superpositions épileptiques qui créent au final un son indéfinissable quelque part entre cold, indus, electro, post new wave et quelque chose de plus mystérieux encore qui se rapproche de l’incantation pure et simple.

D’un bout à l’autre du set, la crise d’apoplexie n’est jamais loin

Comme un symbole, les trois membres du groupe n’hésitent d’ailleurs pas à échanger leurs postes respectifs pour modifier les perspectives. Avec à chaque fois le même résultat : une impression terrifiante et enivrante de perte de contrôle, d’être pris dans un battement de cœur fiévreux et grandeur nature avec des nappes de clavier qui écrasent l’espace-temps et une batterie qui hache menu le cervelon. On est dans un enfer de tôles froides et psychotiques, un cauchemar à demi-éveillé mais tellement jouissif.

Et quand on ne respire plus, quelques élans discoïdes et rudement psychotiques pointent de-ci de-là pour ramener son monde dans un maelstrom au bord de la nausée. Oui, d’un bout à l’autre du set, la crise d’apoplexie n’est jamais loin. Mais la violence est la rançon de toute jouissance. Tout juste regrettera-t-on que le coma n’ait duré qu’une petite heure.

LA SET LIST COMPLÈTE :

CHURCH WITH NO MAGIC
TIMELESS
CRIMSON SWAN
O SOUNDTRACK MY HEART
FOOL IN RAIN
CIRCLE OF FRIENDS
DIDN’T I FURIOUS
LIGHT UP BRIGHT FIRES
WINDOW

:::

ONLY THE WIND CAN HEAR YOU
THE QUICK MILE

/// Textes : Oscar Kamerlein /// Crédit photos : © Joëlle Rasoarivelo ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Damaged Bug : le leader de Thee Oh Sees annonce un nouvel album solo
Jimmy Whispers : premier album pop underground en approche
Violent Femmes de retour après 15 ans de silence : Love Love Love Love Love en écoute
Concours : gagnez des places pour le concert de Mark Lanegan au Krakatoa (Bordeaux) !
Photos Viet Cong @ Point Ephémère 2015
The Vaccines en concert à la Flèche d'Or (Paris) en mars
Andy Gill (Gang of Four)
Viet Cong : concert post-punk envoûtant à la Maroquinerie (Paris) en mai

Article posté dans la catégorie Live Reports.