PIXBEAR

Joëlle Rasoarivelo Photographe
[SOIREE] Pixbear vous convie à son Jeudi Live au Truskel le 23 octobre

[SOIREE] Pixbear vous convie à son Jeudi Live au Truskel le 23 octobre

Le 23 octobre 2014, Pixbear organisera sa première soirée en partenariat avec le Truskel et OÜI FM. La soirée « Jeudi Live au Truskel » accueillera deux artistes chouchous de la rédaction Pygmy Johnson et Colony suivis de DJ sets rock tout au long de la nuit. En prime, [...]
[LIVE REPORT] The Legendary Tigerman @ La Maroquinerie 2014

[LIVE REPORT] The Legendary Tigerman @ La Maroquinerie 2014

A la Maroquinerie (Paris), le rockeur portugais Paulo Furtado, alias The Legendary Tigerman, n’a pas renié son plaisir à partager son savoir-faire scénique. Retour sur un concert cinématographique et plein de charme blues. [...]
[LIVE REPORT] The Libertines @ Zénith de Paris 2014

[LIVE REPORT] The Libertines @ Zénith de Paris 2014

Avec les Libertines, on peut s’attendre à tout, au pire comme au meilleur… Pour leur concert de reformation au Zénith de Paris, les Anglais n’ont pas failli à leur réputation. Trois premières parties au lieu des deux initialement prévues, un concert qui commence plus tard qu’annoncé, un [...]
[VIDEO] Zapping de la semaine : Foxygen, Pissed Jeans, Bonnie ‘Prince’ Billy, Ex Hex…

[VIDEO] Zapping de la semaine : Foxygen, Pissed Jeans, Bonnie ‘Prince’ Billy, Ex Hex…

Pixbear vous propose sa sélection de nouveaux clip dévoilés cette semaine sur la Toile. Au programme de ce zapping : les nouvelles vidéos de Foxygen, Pissed Jeans, Bonnie ‘Prince’ Billy, Ex Hex, The Ting Tings, Tennis, Nude Beach, Sea Ghost, Twerps, Kittyhawk, Sébastien Tellier, Sean Nicholas Savage, Adult [...]
[COME BACK] Parquet Courts : nouvelle nausée en novembre sous le nom de Parkay Quarts

[COME BACK] Parquet Courts : nouvelle nausée en novembre sous le nom de Parkay Quarts

Non content d’avoir sorti l’album Sunbathing Animals cette année, Parquet Courts sera de retour le mois prochain sous le pseudonyme de Parkay Quarts avec un nouvel opus baptisé Content Nausea. Le groupe diffuse dès aujourd’hui un premier extrait intitulé Uncast Shadow Of A Southern Myth. Parallèlement à [...]
[STREAMING] Les Pixies rentabilisent Doolittle avec une édition anniversaire pour Noël

[STREAMING] Les Pixies rentabilisent Doolittle avec une édition anniversaire pour Noël

Dans la lignée de leur tournée de reformation et de la sortie d’un nouvel album sans Kim Deal, les Pixies poursuivent leur opération marketing. En décembre prochain, Black Francis et sa bande proposeront une édition anniversaire de leur album le plus populaire Doolittle. Ce merveilleux disque fête [...]

Photos PVT @ Le Point Ephémère 2011

NEWS LIVE REPORT BIOGRAPHIE DISCOGRAPHIE

PVT @ LE POINT EPHEMERE 2011

La petite lumière est au bout du tunnel. Oui, pour tous ceux qui ne connaîtraient pas, PVT en concert revient à une expérience sensorielle voire spatio-temporelle aux confins de l’hallucination froide et hermétique. Vous voilà prévenus. Après cette rude mise en garde, il est désormais temps de pénétrer dans le compte-rendu de ce trip défragmenté qui s’est tenu au Point Ephémère. Prêts à vous faire arracher un cerveau ? Fermez les yeux et priez.


*** Les photos ne sont pas libres de droits /// All rights reserved ***

Déjà, quand on savait que Cercueil officiait ce soir en première partie, on savait qu’on allait prendre cher et que la soirée n’allait pas virer dans la foire à la gaudriole. Dotés d’un son noise et synthétique sur des horizons sombres et tourmentés, les Lillois posent leur ambiance macabre comme un drap sur le Point Ephémère. Si la performance est moins impressionnante qu’elle n’a pas pu l’être à la Maroquinerie quelques mois plus tôt, la voix puissante de Pénélope Michel fait toujours autant son effet. La guitare reste puissante et efficace, les synthés juste parfaits dans leur rôle de distributeur d’uppercuts sortis de nulle part. Il est vrai que leur dernier album, plutôt convaincant, aurait gagné à être garni d’un peu plus de tubes pour transcender la salle et que quelques breaks trahissent encore les imperfections de la jeunesse, mais Cercueil arrive facilement à captiver une audience. Et il faut y voir là un probant signe d’encouragement.

Les sens se troublent et le corps vibre

Après ce ravissant amuse-bouche funéraire et capiteux, passons aux choses sérieuses avec les artilleurs en chef de PVT anciennement Pivot venus une nouvelle fois en la Capitale défendre leur excellent album Church with No Magic. Adeptes des sonorités psychotiques et des textures froides qui érigent de véritables cathédrales qui estomaquent et matraquent en plein cortex, les Australiens démarrent plein gaz par l’éponyme Church with No Magic.

D’emblée, les sens se troublent et le corps vibre, preuve de l’attraction phénoménale que peut dégager le groupe sur scène. La basse crisse, les deux synthés crachent à plein volume dans un océan de fumée et de lumières rasantes qui sautent à la gorge. Dans les premiers rangs, on aperçoit déjà quelques têtes qui vacillent et déjà se décrochent au sol. Et la messe noire ne fait que débuter. Dans toutes leurs compositions de ce soir, que ce soit Light Up Bright Fires, Window ou Timeless, PVT excelle dans l’entrelacement des couches, des superpositions épileptiques qui créent au final un son indéfinissable quelque part entre cold, indus, electro, post new wave et quelque chose de plus mystérieux encore qui se rapproche de l’incantation pure et simple.

D’un bout à l’autre du set, la crise d’apoplexie n’est jamais loin

Comme un symbole, les trois membres du groupe n’hésitent d’ailleurs pas à échanger leurs postes respectifs pour modifier les perspectives. Avec à chaque fois le même résultat : une impression terrifiante et enivrante de perte de contrôle, d’être pris dans un battement de cœur fiévreux et grandeur nature avec des nappes de clavier qui écrasent l’espace-temps et une batterie qui hache menu le cervelon. On est dans un enfer de tôles froides et psychotiques, un cauchemar à demi-éveillé mais tellement jouissif.

Et quand on ne respire plus, quelques élans discoïdes et rudement psychotiques pointent de-ci de-là pour ramener son monde dans un maelstrom au bord de la nausée. Oui, d’un bout à l’autre du set, la crise d’apoplexie n’est jamais loin. Mais la violence est la rançon de toute jouissance. Tout juste regrettera-t-on que le coma n’ait duré qu’une petite heure.

LA SET LIST COMPLÈTE :

CHURCH WITH NO MAGIC
TIMELESS
CRIMSON SWAN
O SOUNDTRACK MY HEART
FOOL IN RAIN
CIRCLE OF FRIENDS
DIDN’T I FURIOUS
LIGHT UP BRIGHT FIRES
WINDOW

:::

ONLY THE WIND CAN HEAR YOU
THE QUICK MILE

/// Textes : Oscar Kamerlein /// Crédit photos : © Joëlle Rasoarivelo ///

Laissez un commentaire


ARTICLES POPULAIRES


Tahiti 80 ouvre son Ballroom et part en tournée
Julian Casablancas en concert au Casino de Paris en décembre
Johnny Marr, Weezer, Wampire, The Dø... : les albums de la semaine en streaming
Foxygen : ...And Star Power, l'album remue-méninges en écoute
The Dead Mantra : Nemure, premier album shoegaze incandescent en écoute
The Subways annonce un nouvel album et des concerts en France pour 2015
Décès de Robert 'Throb' Young, ex-guitariste de Primal Scream
Julian Casablancas étale sa tristesse rétro-futuriste avec Human Sadness

Article posté dans la catégorie Live Reports.